La mer, le sable, le soleil et la tornade…
Oui, ça résume assez bien les 4 jours qu’on y a passé.

beauduc 1

Beauduc en Camargue. C’est beau, c’est une plage à perte de vue et si on aime le camping sauvage, c’est super! Et on y croise même des chevaux, des flamants roses et des taureaux!

beauduc 2

On y a donc passé 4 jours avec des amis et le fils de ma meilleure amie, Tony, 5 ans. Si le premier jour, on a eu droit à la question « Elle est ou la télé? », il s’est vite habitué à jouer dans le sable ou a demander à aller se baigner ^^ On ramasse des tellines la bas. Enfin, mon ami les ramassait et nous on les triait. Et ça, ça a beaucoup plu à Tony qui a bien compris que les bébés tellines, il faut qu’ils restent dans l’eau pour grandir. Sa découverte des crabes aussi fût un bon moment!

beauduc 6Château de sable en construction, Tony et Tonton Djicé à l’œuvre

beauduc 7Inspecteur des travaux finis

Bref, loin de tout, pas de téléphone qui passe, notre seul réel souci (et ce n’en était pas vraiment un), c’est répondre à la question « Qu’est ce qu’on va manger? »

beauduc 4Notre campement

On avait un magnifique campement face à la mer et se lever le matin et avoir cette vue, qu’est ce que ça fait du bien! Petit hic, les moustiques. Ceux la, il faut apprendre à vivre avec et dès que le vent tombe le soir, c’est tout le monde en pantalon et veste!

beauduc 5La vue de notre tente

Et puis le samedi soir, tout à basculer. On voyait bien les éclairs sur les Saintes Marie de la Mer mais le vent était en Est donc pas de crainte à avoir. Sauf que le vent à tourner. Et ça a vite tourné au cauchemar. Vent et pluie battante. On attrape ce qu’on peut, on se jette trempé dans la voiture et direction la digue, là ou la mer ne peut pas monter. Bref, pas trop envie de m’étendre la dessus. Ce fût assez choquant. On est revenu au campement le lendemain matin. On craignait de voir ce qu’on allait retrouver ou non. Et finalement, la tente a été déchiré mais tout le reste n’a pas bouger. Juste de l’eau et du sable de partout.

Finalement, on a tout ramassé tel quel et on est rentré chez nous. On a su par la suite que c’était la « queue » d’une tornade qui nous avait autant secouée.

Si la fin de notre séjour a été mouvementé, j’en garde quand même un bon souvenir. J’ai adoré voir ma crapule, Tony, s’amuser comme un petit fou sur cette grande étendu de sable! J’ai bien pris des couleur aussi, moi, qui suis toujours toute blanche, ça change!

beauduc 3Tony, ma crapule ❤

Publicités